follow

mercredi 9 mars 2016

les états soumis à la dette, une spirale infernale ?

Une pensée émue pour Bernard Maris assassiné le 7012015, un grand économiste, lucide, humaniste et chaleureux. 

L’annonce par Mario Draghi que la Banque centrale européenne allait racheter des dettes souveraines à hauteur de 1 000 milliards d’euros a fait l’effet d’une bombe. Mais que savons-nous réellement de la dette des États ? Qui sont les coupables ? Qui en profite ? Et qui va payer ? Une captivante enquête politico-financière aux accents de polar.

La dette, une spirale infernale ?

Au lendemain de la victoire de Syriza en Grèce et de l’annonce par la BCE du rachat des dettes souveraines, une captivante enquête politico-financière aux accents de polar sur l'histoire et l'économie de la dette, qui confronte les points de vue européens sur les solutions envisageables à la crise actuelle. 

 L’explosion de la dette publique hante l’Europe depuis la crise financière de 2007. Le risque d’une faillite de la Grèce et d’une contagion à d’autres pays de la zone euro a été mal géré par les gouvernements, trop hésitants et rarement d’accord sur la politique à suivre. Ce soutien tardif a déclenché la méfiance des marchés. 
Les politiques d’austérité ont stoppé l’hémorragie des déficits publics mais ont mis à genoux les économies du sud de l’Europe. La Grèce, le Portugal et l’Espagne se sont enfoncées plus profondément dans la crise. Mais comment est-on arrivé là ? Et qu’est-ce que la dette publique ? Restructurer la dette ? En compagnie des économistes français Thomas Piketty et Bernard Maris, assassiné le 7 janvier, de la députée socialiste française Karine Berger, de l'anthropologue et militant anarchiste américain David Graeber et du député européen belge écologiste Philippe Lamberts, la réalisatrice Laure Delesalle propose un passionnant voyage dans les rouages de l’économie. Au contraire d'un plaidoyer "pour ou contre" la dette, son documentaire raconte son histoire de la fin du Moyen-Âge à nos jours et éclaire les dessous de la crise actuelle. Il lance également des pistes pour la résoudre et prémunir la zone euro de soubresauts futurs, en rappelant que l'endettement est vieux comme le monde. 
Aujourd’hui, rappelle le film, nous vivons tous à crédit : maisons, voitures, écoles, dépenses publiques, tout est financé par des emprunts. Aussi le débat sur les voies qui s'offrent à l'Europe pour restructurer les dettes existantes est-il essentiel. Cette passionnante enquête politico-financière éclaire une actualité relancée aujourd'hui par la victoire en Grèce du parti de la gauche radicale Syriza et l'annonce, le 22 janvier, du futur rachat des dettes souveraines par la Banque centrale européenne à hauteur de 1 000 milliards d’euros. Réalisation: Laure Delesalle

ps: Beaucoup d'erreurs dans ce doc : Le choc Nixon ne fut pas parce que les réserves en or de la FED étaient vides à cause de la guerre du Vietnam mais à cause du dilemme de Triffin, des Eurodollars (d'où le Pool de l'or avec Kennedy) en passant par la fin des gains de productivité tayloro-fordistes. Ceux qui rêvent d'un nouveau Bretton Woods se trompent ou alors il devrait être totalement revisité.
C'est très occidental de blamer la libéralisation interne et externe durant les années 70 et 80 (taux de change puis taux d'intérêts), certes elle a amené de nombreuses dérives à cause de ses défauts, mais la libre circulation des capitaux a permis à des pays qui avaient de faibles capacités d'épargne de trouver des investisseurs, ce qui a contribué indéniablement à l'essor de certains pays émergents : allez dire à ceux qui commencent à connaitre le développement que vous refuser ce système car vous : vous êtes déjà riche...
La finance était amené à s'internationaliser, sans dire si c'est bien ou pas mais en restant dans l'explication, car la limitation de la circulation des capitaux sous Bretton Woods par la segmentation et l'activité réduite des marchés financiers/monétaires ne s'accommodait pas avec l'emergence des FMN/FTN et l'explosion des échanges (avec le GATT) durant les 30 glorieuses.

 Le système de Bretton Woods tel qu'il fut était intenable. Ceux qui rêvent d'un nouveau Bretton Woods se trompent ou alors il faudrait qu'il soit complètement revisité.


-- C'est l'histoire d'un charlatant - prétendu médecin - qui arrive dans un village où les gens meurent d'une mystérieuse maladie. Il annonce :'' je suis votre sauveur...'' et commence à administrer un vaccin censé stopper l'hécatombe; et tous les villageois, beaucoup moins inquiets, arborent un large sourire. Seulement voilà, une, deux puis trois semaines passent et les gens continuent de mourir. Ne tenant plus, la population gronde et dit : ''Pourquoi ne chassons-nous pas cet usurpateur ? Oui, mettons le dehors !''. ''Mais, [crient quelques-uns que le pseudo docteur s'est choisi comme infirmiers, aides-soignants, brancardiers et j'en passe qu'il rémunère grassement], il a une blouse blanche de médecin, des outils de médecin, il parle comme médecin; donc on le garde''.
Il en est de même pour les banques qui financent l'État et cette chose qu'on appelle ''La Dette''; un faux problème. Faux problème puisque que, ces banques, prêtant de l'argent qu'elles ne possèdent pas et qu'elles n'ont jamais eu, logiquement ne sont pas des créanciers mais sont au sens propre des escrocs et donc - contrairement à ce que dit ce documentaire (que je noterai seulement 6/10), et contrairement à d'autres citoyens qui jacquot-répètent tout ce qu'on leur fait croire - font qu'aucun français ne leur doit quoi que ce soit. Pourquoi alors rabâcher : '' la dette de français '' ? D'ailleurs, et curieusement, ces banques, à défaut d'être remboursées, ne se satisfont-elles pas des seuls intérêts payés par l'État ? Ben oui ! Et Dieu bénisse ces intérêts, issus nous dit-on : des impôts, de la TVA et autres taxes que des particuliers et des entreprises sans le sou arrivent quand même à payer et on se demande comment. D'après moi, il serait plus juste de dire : ''Dieu bénisse : la Banque de France, ses pavés numériques, son data center, l'électronique, le langage binaire et l'informatique''. Des outils révolutionnaires que tous ceux et celles travaillant dans la fonction publique peuvent remercier puisque c'est grâce à ça qu'ils ont leur salaire garanti. Mais également, des dispositifs qui ont l'air de profiter à toute une corporation de gens corrompus qui fabriquent et abusent de l'argent en veux-tu en voilà (argent virtuel) pour eux-mêmes et leurs complices mais pas pour la population à qui l'on fait avaler le judicieux choix des institutions de ne pas mettre trop d'argent en circulation au prétexte du danger que représente l'inflation. Je suggère d'ailleurs à arté de commander un sujet sur ce thème de l'inflation. Étonnements, questionnements et scandales garantis.

L’annonce par Mario Draghi que la Banque centrale européenne allait racheter des dettes souveraines à hauteur de 1 000 milliards d’euros a fait l’effet d’une bombe. Mais que savons-nous réellement de la dette des États ? Qui sont les coupables ? Qui en profite ? Et qui va payer ? Une captivante enquête politico-financière aux accents de polar.

2 commentaires:

  1. À un moment ou un autre , chaque homme, femme ou enfant seront confrontés à la question de rachat de Dette . Même se il a été reconnu qu'il a un rôle important à jouer dans le développement de l'homme , de rachat Dette ne est pas donné crédit si mérite d'inspirer un grand nombre des mondes de peintres célèbres . Il a toujours le pouvoir de choquer les socialistes , qui vient ne aiment pas ce genre de chose . En gardant tout cela à l'esprit , dans cet essai, je vais examiner les grandes questions .

    RépondreSupprimer

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...